Commune de Saint-Guilhem-le-Désert

Les Monts de Saint Guilhem

Les monts de Saint-Guilhem-le-Désert sont une zone de moyenne montagne aplanie par l’érosion. Les reliefs résiduels s’élèvent entre 450 et 712 mètres d’altitude ( le Roc de la Vigne).

Ces monts très tourmentés en surface sont criblés de multiples combes, grottes et avens.

A l’ouest, la chaîne de La Seranne forme un dernier rempart avant le Causse du Larzac.

Ces paysages conservent le sens premier du ’désert’ de Guilhem : Un domaine de solitude et de silence, un monde uniquement minéral et végétal. Une forêt exceptionnelle recouvre les monts. Elle est constituée d’une essence rare : le Pin de Salzmann.
Cette pinède tente de reconquérir les garrigues, malgré les incendies qui l’ont ravagé récemment.
Son accès reste cependant réservé aux marcheurs habitués.

Parcourir les monts de Saint-Guilhem-le-Désert demande une condition physique et un équipement adéquats : Une carte de randonnée au 1/25.000 ème ( IGN - 2642 ET), des chaussures de marche et bien sûr des réserves d’eau suffisantes.
Les sentiers et routes forestières balisés vous permettront de cheminer sans risque dans ces terrains accidentés.

La combe du Verdus partage ce territoire en deux parties. Elles sont accessibles par le chemin de grande randonnée (GR 74) accroché aux parois abruptes du cirque de l’Infernet.

Outre la beauté du paysage et le plaisir de se ressourcer dans ces espaces, c’est cette pinède particulière qui constitue l’intérêt majeur du site.
Connue du monde entier, elle est constituée de Pins de Salzmann, une essence rare et fragile, qui abrite des insectes encore plus rares...
Appréciant les terrains dolomitiques, ces pins aux branches tortueuses préfèrent la partie nord des monts. Autour de l’Ermitage de Notre Dame du Lieu Plaisant, la pinède a été miraculeusement préservée des derniers feux.
La partie sud, plus marquée par les feux, arbore une végétation buissonnante qui s’étend à l’horizon.

Les incendies de 1973 et de 1984 ont détruit plus de 700 hectares de cette pinède. Quelques troncs carbonisés témoignent encore de ces catastrophes. Depuis, les garrigues ont colonisé ces terres brûlées.
Pour reconstituer ce monument végétal, les terrains incendiés ont été replantés.

Dans ce milieu sec et broussailleux, la moindre étincelle peut causer un immense brasier. De plus, la difficulté d’accès aux monts complique l’intervention des pompiers au sol.

Pour la sécurité de tous et pour préserver notre patrimoine, toute source de flamme (Ex : mégots de cigarettes) doit être proscrite pendant vos randonnées.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé

Site réalisé avec SPIP

     RSS fr RSSDécouvrir les alentours RSSDécouverte de la nature   ?