Commune de Saint-Guilhem-le-Désert

Le Val de Gellone

" ... Voici qu’un plateau inculte s’ouvre subitement devant lui ; des bois le couvrent à demi, il est entouré de toutes parts par les montagnes, si hautes maintenant qu’elles arrêtent les nuages ;
Un torrent d’eau vive, qu’on voit descendre d’un sommet, le traverse en roulant vers les gorges ; dans la solitude de ce désert, entre ces rochers immenses et ces montagnes monstrueuses, on dirait le petit champ d’un laboureur. Guillaume rend grâce à Dieu du charme de cet endroit... "

Depuis l’époque médiévale, le val de Gellone a bien changé mais le charme est indemne.

Les bois de chênes ont disparu. Le village s’étend au creux de cette combe suspendue au dessus des gorges de l’Hérault.

En amont du village, le val est enclavé entre les parois vertigineuses du cirque de l’Infernet.

Au pied des falaises, des éboulis périglaciaires se sont amassés pour former des pentes gigantesques. Les versants exposés au Nord, appelés ’ubacs’, subissent l’ombrage des parois. Ils sont occupés par une végétation abondante.

Les ’adrets’, exposés au Sud, bénéficient d’un ensoleillement important. Dès le IXème siècle, sur le bas de ces pentes, des terrasses ont été construites pour cultiver la Vigne et l’Olivier.

Ces terrasses bâties en pierres sèches s’étagent sur 200 mètres de dénivellation. Elles sont encore utilisées pour la culture des oliviers.

Le torrent d’eau vive décrit par le poète se révèle être, en été, un mince filet d’eau qui traverse difficilement le val pour se jeter en cascade dans l’Hérault.
Mais il ne faut pas se fier aux apparences.
Le ’Verdus’ se déchaîne parfois au nom de son appartenance à la famille des cours d’eau méditerranéen. Les dernières crues centennales, en 1817 et en 1907, ont ravagé plusieurs habitations. On s’attend avec craintes aux prochaines récidives.

Un chemin piétonnier, accessible à tous les visiteurs, prolonge la rue du ’Bout du Monde’ et remonte le long du Verdus en direction de sa source.
Cette promenade offre une vue splendide sur les falaises abruptes du cirque. Elle vous emmène en quelques minutes au cœur du ’Bout du Monde’. Là, des parois vertigineuses ferment brusquement la vallée.

Il faut alors être un de ces oiseaux rupestres, tels que le Faucon pèlerin ou l’Hirondelle des rochers, pour ne pas s’incliner devant cette muraille naturelle.
Les autres devront s’en retourner par le même chemin et profiter ,avec bonheur, des panoramas réservés aux gens d’en bas...

Pour bénéficier d’une vue plongeante sur la partie amont du val de Gellone, vous devrez revenir près du village puis emprunter le chemin de grande randonnée (GR 74).

Celui ci est accroché aux flancs du cirque de l’Infernet et vous guidera vers les monts de Saint-Guilhem-le-Désert, sur les traces des pèlerins.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé

Site réalisé avec SPIP

     RSS fr RSSDécouvrir les alentours RSSDécouverte de la nature   ?